fbpx

Développement des usages productifs dans le cadre des programmes d’électrification rurale

14/12/2021 AMADER - AGENCE MALIENNE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L'ENERGIE DOMESTIQUE ET DE L'ELECTRIFICATION RURALE
Print Friendly, PDF & Email

Développement des usages productifs dans le cadre des programmes d’électrification rurale

PROJET SYSTEMES HYBRIDES D’ELECTRIFICATION RURALE (SHER)

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D’INTERET 

SELECTION DE CONSULTANTS PAR LES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE

SERVICES DE CONSULTANT POUR LE DEVELOPPEMENT DES USAGES PRODUCTIFS DANS LE CADRE DES PROGRAMMES D’ELECTRIFICATION RURALE      

Financement : CRÉDIT IDA N° 6472-ML

Référence dans le plan de passation de marché : Activité ML-SHER-264133-CS-CQS (Mise à jour N°26)

Le Gouvernement de la République du Malia reçu un financement de l’Association internationale de développement (IDA), et a l’intention d’utiliser une partie du montant de ce crédit pour effectuer les paiements au titre du contrat pour le développement des usages productifs dans le cadre des programmes d’électrification rurale.

Le développement socio-économique durable auquel aspire tout peuple, repose sur certains facteurs dont la disponibilité au moindre coût de l’énergie moderne, notamment, l’énergie électrique. Le Mali compte plus de 18 000 villages dont moins de 500 ont accès à l’électricité ; ce qui constitue un défi énorme.

Pour assurer un accès au plus grand nombre de maliens aux services énergétiques de base en milieu rural en vue de réduire la pauvreté et de favoriser la croissance économique du pays, le Gouvernement du Mali en collaboration avec ses partenaires au développement, notamment la Banque Mondiale, a créé en mai 2003 l’Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et de l’Electrification Rurale (AMADER). L’AMADER a pour mission principale, la maîtrise de la consommation d’énergie domestique et le développement de l’accès à l’électricité en milieu rural et périurbain.

La stratégie adoptée en électrification rurale est basée sur le partenariat public-privé (PPP) sous forme de mini concession appelée Autorisation, où le privé participe au financement des investissements. L’exploitation des installations est assurée par l’opérateur privé (Permissionnaire) qui est chargé de leur maintenance et leur renouvellement dans le cadre d’un contrat de délégation du service public de l’électricité avec l’AMADER. En outre, étant donné le faible taux de pénétration du marché hors réseau par des produits d’éclairage de bonne qualité et afin de l’accélérer, l’AMADER a choisi d’accroître l’utilisation de produits pico-solaires dans les zones rurales qui se conforment à l’initiative « Lighting Global (LG) » de la Banque Mondiale.

Au cours des 15 dernières années, le Gouvernement malien a appliqué des politiques destinées à accroitre l’accès aux énergies modernes et, en particulier, à l’électricité. L’appui des partenaires aux développements a permis d’atteindre de bons résultats en matière d’électrification rurale. Le taux d’électrification rurale est ainsi passé de moins de 1% en 2003 à 24% en 2020.

Ainsi, le nouveau Cadre stratégique pour la Relance Économique et le Développement Durable (CREDD) 2019-2023 corrobore cette ambition des Autorités maliennes en priorisant l’accès à l’énergie parmi ses axes stratégiques. Dans le cadre de l’exécution de ses missions et attributions, l’AMADER visera globalement l’amélioration de l’accès des populations isolées à faibles revenus aux services énergétiques de base en vue de réaliser les objectifs de croissance économique et de stabilisation du pays.

L’objective de l’étude proposée est d’analyser le potentiel du marché malien pour développer les usages productifs des programmes d’électrification rurale, particulièrement pour les mini-réseaux et les solutions solaires individuelles et de proposer des modèles d’affaire, y compris des subventions/ financements basés sur les résultats (FBR) et de l’assistance technique.

Tâches

Identification des utilisations productives à fort potentiel et des options technologiques au Mali

Cartographie des utilisations productives existantes et potentielles au Mali et des besoins technologiques correspondants.

L’évaluation identifiera les chaînes de valeur associées et les technologies spécifiques adaptées, qui intègrent l’ensemble des maillons de la chaîne de valeur reliant la production à la consommation en passant par la transformation et la commercialisation, pour améliorer les activités génératrices de revenus ainsi que les liens avec le marché. En outre, l’évaluation identifiera les possibilités d’utilisation productive des solutions de mini-réseaux hybrides solaire PV-Groupes diesel, ainsi que des solutions solaires individuelles. L’évaluation doit également identifier les opportunités sous-développées d’utilisation productive de l’énergie pour la diversification de l’économie. L’évaluation peut nécessiter des enquêtes et/ou des discussions de groupe dans des sites sélectionnés (à identifier en consultation avec la Banque mondiale et l’AMADER). L’évaluation doit identifier, d’un point de vue holistique, les zones et les secteurs prioritaires à soutenir par le projet.

Organisation spatiale et temporelle des utilisations productives existantes et potentielles au Mali.

L’évaluation analysera les chaînes de valeur associées et l’ensemble des maillons qui composent lesdites chaînes en fonction de la saisonnalité et des activités économiques collectives locales et communautaires (foires hebdomadaires, jours de marché, expositions-ventes). A cet effet, l’évaluation proposera une analyse de la complexité de chaque maillon des chaînes de valeur qui mettent directement en relation la production avec la consommation et la diversité des intermédiaires et intervenants tant sur le plan local, national qu’international.

Évaluation de l’offre du marché pour les utilisations productives à fort potentiel au Mali

Cartographie des technologies (y compris les outils, l’équipement productif) existantes disponibles au Mali, des fournisseurs de services, et des modèles d’affaires.

Basée sur l’évaluation menée dans le cadre de la sous tâche 1, l’évaluation du marché englobera les acteurs formels et informels, y compris les fournisseurs et opérateurs du secteur privé, et cartographiera les projets énergétiques en cours/prévus soutenus par les partenaires au développement. L’évaluation comprendra la typologie correspondante des technologies d’utilisation productive distribuées/fournies à travers tous les niveaux de service, leur degré de conformité avec les normes de qualité internationales ou nationales, et le degré de pénétration au Mali (avec une référence géographique spécifique, pour informer la sélection des zones de projet). L’évaluation doit également identifier les modèles commerciaux actuellement adoptés pour les technologies dans le cadre de la mission. L’évaluation comparera également le statut du marché (acteurs et technologies) aux frontières avec le contexte national, avec une évaluation des lacunes, y compris pour les prix de vente.

Cartographie des chaînes d’approvisionnement existantes utilisées/établies par les acteurs actifs au Mali et évaluation des options de chaînes d’approvisionnement supplémentaires pour l’intensification des opérations.

L’évaluation identifiera les chaînes d’approvisionnement existantes au Mali et les marchés de vente les plus proches pour y accéder, avec la présence des acteurs concernés, la disponibilité des produits et les modèles commerciaux déployés (conformément au point (i)). La cartographie tiendra également compte du commerce transfrontalier et identifiera les éventuelles lacunes critiques pour la distribution et la vente de solutions énergétiques propres. L’évaluation fournira également une répartition des principales sources de coûts, à travers les chaînes de valeur, pour les fournisseurs de services. L’évaluation comprendra la chaîne d’approvisionnement respective pour le hors réseau, le mini-réseau et les solutions solaire individuelles et examinera les synergies sur la façon dont une partie des chaînes d’approvisionnement de différentes technologies productives peut être intégrée (par exemple, au niveau de la distribution ou de la vente). L’évaluation tiendra également compte de la résilience des chaînes d’approvisionnement par rapport à la COVID-19et du contexte de fragilité de la distribution et de la vente (y compris les coûts supplémentaires) ;

Environnement favorable aux utilisations productives au Mali. Évaluation de la politique existante, des réglementations, des stratégies et des plans d’accès à l’énergie, et des solutions d’accès au financement du côté de l’offre pour les technologies dans le cadre de la mission.

La mission devra également identifier les écarts éventuels entre la mise en œuvre nationale et celle des zones frontalières, ainsi que les défis de l’environnement national global (politique, réglementaire, etc.) pour la promotion des utilisations productives des solutions énergétiques propres ;

Cartographie des intermédiaires financiers existants et possibles pour le financement des MPME pour la distribution des technologies d’utilisation productive.

L’évaluation tiendra compte des banques commerciales et de développement, des IMF, des SACCO, des coopératives, des lignes de crédit et d’autres institutions et acteurs financiers pertinents. L’évaluation identifiera le degré d’intermédiation financière existant pour les utilisations productives et les lacunes. Elle identifiera également les principaux défis pour l’accès au financement à grande échelle, adapté à l’importation, la distribution et la vente des technologies d’utilisation productive.

Recommandations de développement de l’approvisionnement du marché pour le Mali.

La mission doit fournir des recommandations critiques pour l’augmentation des technologies d’utilisation productive au Mali, basées sur l’analyse menée dans le cadre des tâches 1 et 2 -sous-tâches i-iii, en s’attaquant aux lacunes et aux défis de l’approvisionnement du marché. Les recommandations serviront de base à la conception et à la mise en œuvre du nouveau projet et comprendront les activités d’assistance technique nécessaires (pour les acteurs publics, privés et régionaux) à l’expansion réussie de l’offre d’énergie propre (toutes technologies confondues) au Mali. Les recommandations concerneront l’environnement politique, réglementaire et de planification et comprendront des solutions pour répondre aux besoins éventuels d’accès au financement et de la capacite de paiement des consommateurs en tenant compte des instruments d’accès au financement déjà établis aux niveaux national et régional et des lacunes potentielles pour un soutien adéquat aux fournisseurs de services. En outre, les recommandations fourniront des options à la fois pour les modèles d’affaire et la conception de la mise en œuvre. Les recommandations doivent également chiffrer de manière adéquate, complète et réaliste, les besoins d’investissement pour la vente durable des technologies d’utilisation productive. La recommandation doit également inclure les besoins d’assistance technique et de renforcement des capacités pour le développement du secteur productif ;

Consultations des parties prenantes.

Toutes les sous-tâches seront alimentées par des consultations avec les principales parties prenantes, y compris les ministères, les entreprises du secteur privé, l’AMADER, la Banque Mondiale, les organisations non-gouvernementales, les bénéficiaires locaux et d’autres organismes pertinents pour le Mali afin d’identifier les institutions, tant dans le secteur public que privé, de la politique au commerce et aux niveaux des bénéficiaires.

Évaluation de la demande pour les utilisations productives au Mali.

L’évaluation identifiera les profils des clients, la capacité de paiement, la connaissance des technologies d’utilisation productive dans le cadre de la mission et les besoins projetés en matière de consommation d’énergie. Les technologies actuelles/les habitudes de consommation de combustibles traditionnels, les dépenses énergétiques mensuelles (par exemple, pour le PV solaire, le kérosène, les bougies et les batteries de secours, et le bois/charbon). L’analyse identifiera et dimensionnera les défis d’accessibilité financière pour les technologies d’utilisation productive. L’évaluation comparera la volonté de payer pour différentes technologies et modèles d’affaires par rapport aux prix de vente existants, aux prix projetés et aux prix de vente éventuellement subventionnés. L’évaluation de la demande, l’accès aux opportunités de financement pour l’utilisateur final, et l’écart d’accessibilité restant conduiront à l’établissement d’une segmentation du marché des bénéficiaires représentatifs pour les zones hors de réseaux avec le dimensionnement des besoins de subventions possibles à travers les catégories identifiées. L’évaluation tiendra compte des politiques et des instruments disponibles pour soutenir l’accessibilité financière des ménages et la prestation de services, et identifiera les éventuelles lacunes et besoins supplémentaires spécifiques au Mali. Elle évaluera le besoin de soutien au développement des entreprises, le renforcement des capacités/compétences nécessaires à la mise en œuvre des activités PUE.

Recommandations sur le développement de la demande du marché pour le Mali.

La mission fournira des recommandations critiques pour la fourniture de solutions énergétiques à usage productif au Mali. Les recommandations tiendront compte des instruments disponibles aux niveaux national pour soutenir la demande du marché et incluront, mais ne seront pas limitées à : (i) les facteurs socio-économiques, démographiques, ethniques et politiques critiques à prendre en compte pour améliorer l’écart social; (ii) l’accès à la demande pour le développement des solutions de financement ; (iii) les mesures visant à combler les lacunes en matière d’accessibilité financière ; (iv) le soutien au développement des entreprises ; (v) les interventions qui ciblent particulièrement les usages productifs pour les femmes ; (vi) les mises à jour des politiques et des réglementations spécifiques au Mali; (vii) les options en matière de sécurité pour la fourniture de services. La recommandation doit également inclure les besoins d’assistance technique et de renforcement des capacités pour le développement du secteur.

Dimensionnement du marché pour les technologies d’utilisation productive au Mali avec le prospectus d’investissement correspondant, à inclure :

Dimensionnement du marché pour les technologies d’utilisations productives pour le Mali et les sites identifiés sélectionnés.

Le dimensionnement sera basé sur les activités menées sur la base de l’analyse représentative menée dans le cadre des tâches précédentes. Le dimensionnement sera également basé sur l’analyse géospatiale menée par l’équipe de la Banque Mondiale en collaboration avec l’AMADER et augmentée si nécessaire et possible pour les besoins de l’analyse.

Prospectus d’investissement pour les sites identifiés sélectionnés.

Le prospectus doit indiquer les besoins totaux d’investissement pour la fourniture d’accès au Mali et les sites sélectionnés sur la base de l’analyse menée dans le cadre des tâches précédentes. Le prospectus indiquera les besoins de soutien du marché de l’offre et de la demande (par exemple, les subventions/financements basés sur les résultats/FBR possibles de l’offre et/ou de la demande et les besoins d’accès au financement) pour couvrir le déficit de viabilité commerciale pour la fourniture de services au Mali. Le prospectus projettera également l’impact des recommandations identifiées dans les tâches 1 et 2 sur les besoins totaux d’investissement.

Évaluation de programmes intersectoriels pertinents au Mali

Évaluation des projets et programmes en cours au Mali, y compris l’agriculture, l’eau, le développement des MPME, les programmes de développement frontalier et/ou rural, l’inclusion sociale.

L’évaluation doit inclure les programmes du gouvernement ainsi que les projets et activités finances par la BM et les partenaires de développement.

Des recommandations sur les synergies possibles avec les programmes pertinents existants, afin de maximiser l’impact des interventions sur le développement et de concevoir un ensemble complet de mesures de soutien pour la mise à niveau des technologies d’utilisation productive, y compris le financement base sur les résultats (FBR) et l’assistance technique, le renforcement des capacités pour le développement commercial.

L’évaluation doit analyser et suggérer des approches d’accompagnement aux projets d’électrification rurale pour maximiser leurs impacts sur la pauvreté en contribuant au développement d’autres secteurs capables de valoriser cette disponibilité d’énergie. L’évaluation doit analyser les approches, ci-après, pour construire et promouvoir des collaborations multisectorielles :

–           l’approche systématique : identifier et de promouvoir toutes les utilisations productives et sociales de l’électricité envisageables dans les localités desservies ;

–           l’approche pragmatique : tirer profit des opportunités existantes et de renforcer des programmes déjà initiés par d’autres opérateurs sectoriels.

 

Les services de consultant (« Services »), devront s’étaler sur huit (08) semaines y compris la validation du rapport définitif.

L’Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et de l’Electrification Rurale (AMADER) invite les Consultants admissibles à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. Les Consultants intéressés doivent fournir les informations démontrant qu’ils possèdent les qualifications requises et une expérience pertinente pour l’exécution des Services.

Les critères pour l’établissement de la liste restreinte sont :

Les tâches de la mission nécessiteront l’intervention d’au moins les compétences suivantes :

  • Chef d’équipe chevronné avec :
  • une expérience significative dans la conception et/ou la mise en œuvre de FRB, et l’accès à l’énergie ;
  • une expérience de travail avec des acteurs gouvernementaux ;
  • une expérience démontrée en coordination et excellentes capacités de networking ;
  • une expérience de travail en milieu rural ;
  • des compétences techniques en communication, production des rapports et procès-verbaux des réunions ;
  • une expérience démontrée dans le domaine de la programmation sur le changement social, l’égalité de genre, Femmes, Paix, Sécurité et Justice;
  • une bonne connaissance du contexte malien, particulièrement de son environnement économique et social ;
  • une bonne connaissance des organisations de base, en particulier des organisations de femmes ;
  • une bonne aptitude à communiquer efficacement en français et en anglais.
  • Expert en utilisations productives à travers les technologies et expertise multidisciplinaire dans les domaines relatifs au développement rural.
  • Expert en financement avec une connaissance du crédit à la consommation
  • Expert sur la conception et l’opérationnalisation des subventions du côté de l’offre (FRB) et du côté de la demande
  • Expert en matière d’évaluation des spécificités de genre dans le secteur de l’énergie :
  • une bonne expérience dans l’approche des problèmes des femmes en tant que clientes des services énergétiques, mais aussi en tant qu’employeurs, leaders et entrepreneurs,
  • des bonnes connaissances en matière de paix et sécurité et dans la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG),
  • une bonne compréhension du contexte local.
  • Les cabinets de consultants sont fortement encouragés à faire appel à l’expertise locale, le cas échéant, pour contribuer à renforcer les capacités locales et faciliter la mise en œuvre des activités de suivi. Les CV du personnel proposé doivent clairement démontrer l’expérience pertinente de chaque membre de l’équipe par tâche assignée.
  • Une bonne connaissance des règles et procédures de la Banque mondiale, des Institutions financières partenaires et des Organisations Internationales d’aide au développement serait un atout.

Il est porté à l’attention des Consultants que les dispositions de la clause 3.15 d) du « Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets (FPI) » datées de Juillet 2016 relatives aux règles de la Banque mondiale en matière de conflit d’intérêts sont applicables.

Un Consultant sera sélectionné selon la méthode Sélection « Qualifications des Consultants (QC).

Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations complémentaires pendant les jours ouvrables à l’adresse ci-dessous de 08 heures à 16 heures TU.

Les manifestations d’intérêt doivent être déposées par courrier ou transmises par courrier électronique à l’adresse ci-dessous au plus tard le 14 Décembre 2021 à 17heures avec la mention suivante : Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et de l’Electrification Rurale (AMADER) : « Consultant pour le Développement des Usages Productifs dans le cadre des Programmes d’Electrification Rurale) ».

L’adresse dont il est fait référence ci-dessus est : Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et de l’Electrification Rurale (AMADER) : Secrétariat de l’AMADER : Mme SISSOKO Sekoba SISSOKO, secrétaire, Colline de Badalabougou immeuble N°02 de l’ex CRES BP E 715 Tél : 00223 20 23 85 67, Fax : 00223 2023 82 39, Email : amader@amadermali.net ; aomaiga2014@gmail.com , Bamako, République du Mali.

Partagez : Facebook Twitter Google Plus LinkedIn Email

Autres articles