Consultant pour la modernisation de l’Observatoire des Marches des Télécommunications/TIC et Poste

07/06/2024 AUTORITE MALIENNE DE REGULATION DE TELECOMMUNICATIONS DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DES POSTES (AMRTP)
Print Friendly, PDF & Email

Consultant pour la modernisation de l’Observatoire des Marches des Télécommunications/TIC et Poste

Objet : Recrutement d’un consultant pour la modernisation de l’Observatoire des Marches des Télécommunications/TIC et Poste, pour le compte de l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/ TIC et Postes (AMRTP).

L’Autorité malienne de Régulation des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication et des Postes (AMRTP) se propose de recruter un consultant pour mener l’étude citée en objet.

I. Contexte de la mission
L’AMRTP, dans le cadre de ses missions, assure la régulation, le contrôle et le suivi des activités des exploitants et opérateurs concessionnaires du secteur des télécommunications. Pour exercer ces missions, elle a besoin d’une bonne connaissance des marchés et industries du numérique et de transmettre cette connaissance dans un observatoire mis à la disposition des institutions et plus généralement du public intéressé par le développement de l’économie numérique.
Cette connaissance doit s’inscrire dans le contexte socio-économique général du pays de façon à permettre d’évaluer l’impact du numérique sur le développement du pays. Elle doit intégrer des informations sur les volumes de production, mais aussi des données économiques et financières sur les marchés et les industries.
L’observatoire doit pouvoir rendre compte de la dynamique des marchés et des usages. La période actuelle est particulièrement propice à cet égard, car elle voit le passage d’un univers d’abord tourné vers la voix, la téléphonie, vers un univers où prédomine la donnée : cette transition, avec tous les impacts économiques et sociaux qu’elle entraîne, doit pouvoir être suivie et analysée
dans le cadre de l’observatoire.
L’observatoire s’appuie sur les collectes d’information qu’effectue le régulateur, mais doit pouvoir également intégrer des données issues d’autres sources, notamment les statistiques compilées par l’institut national de la statistique (Instat) et d’autres administrations.

II. Justification de la mission
Conformément à sa mission, l’AMRTP assure l’information du public sur l’état d’évolution des secteurs des Télécommunications/ TIC et des postes. C’est pour répondre pleinement à cette mission, que l’Autorité a mis en place en
2010 un observatoire, pour servir de dispositif d’observation des marchés des Télécommunications/TIC et Postes.
La collecte des données auprès des opérateurs se fait au moyen d’un formulaire validé par ceux-ci. Actuellement, deux fréquences de collecte sont observées : la collecte trimestrielle et la collecte annuelle. La publication des données se fait soit sur le site web de l’AMRTP à travers un lien observatoire dédié à cet effet soit sur des supports physiques (la revue trimestrielle de l’AMRTP et le rapport annuel d’activités). Le dispositif montre quelques limites par rapport aux nouveaux objectifs que l’AMRTP s’est fixés. C’est pour corriger ces lacunes, ainsi que tant d’autres, et pour consolider les acquis, qu’il est envisagé
la réorganisation de l’observatoire des marchés de Télécommunications/TIC et Postes, afin de le rendre plus moderne et dynamique, de manière à ce que l’AMRTP puisse assurer avec efficacité et efficience sa mission d’information sur les secteurs régulés, dans l’intérêt de l’Etat, du public, des organismes internationaux, des chercheurs, des étudiants.
La mise en place d’un nouvel observatoire nécessite la définition claire d’indicateurs du numérique.

III. Objectif de la mission
L’AMRTP poursuit deux objectifs à travers cette assistance.
1. Produire un observatoire du numérique moderne et évolutif.
2. Former l’équipe de l’AMRTP qui puisse assurer la production de cet observatoire et son enrichissement.
L’équipe de l’AMRTP s’associera étroitement à celle du Consultant pour qu’elle soit en mesure, au terme de cette mission, de devenir totalement autonome.
Cette autonomie suppose :
a. De bien comprendre l’inscription du numérique dans l’économie et ainsi faire ressortir les ratios qui traduisent le mieux l’impact du numérique sur l’économie malienne,
b. De maîtriser la statistique sectorielle et publique de façon à tirer le meilleur parti de leurs productions.
L’observatoire intégrera en fonction des sources accessibles, tant en interne qu’en externe au régulateur :
a. Des données sur la production des différents services, en volume, avec un bilan global grâce à une conversion dans une unité commune (comme cela se fait par exemple dans le domaine de l’énergie) ; production tant en termes d’accès (lignes, cartes SIM, .ml…) que de consommations (minutes, messages, data…) ;
b. Des données sur l’évolution des offres de services, des prix ;
c. Des informations sur les usages (pénétration des services dans la population…);
d. Des données en valeur sur les marchés (volumes*prix) ;
e. Des données sur les coûts de production (à partir des comptes des agents économiques) ;
f. Des données sur les réseaux ;
g. Des données sur la contribution du secteur à l’économie nationale, en termes:
– D’aménagement du territoire (déploiement des réseaux) ;
– De contribution à la croissance et à la valeur ajoutée ;
– D’emploi ;
– D’investissement ;
– De contribution fiscale ;
– De contribution à la balance des paiements ;
– Etc.
Pour atteindre cet objectif, au moins quatre étapes nous semblent nécessaires :
a. Un inventaire des sources existantes au Mali, à l’occasion de discussions approfondies avec les institutions tierces productrices de statistiques et la réalisation d’un benchmark d’observatoires de la sous-région, mais également d’observatoires de pays développés, de façon à disposer de références externes de bonnes pratiques
b. L’élaboration de données secondaires à partir des sources primaires disponibles (indices des prix par exemple, bilan global des volumes de production avec facteurs de conversion…), ce qui nécessite une véritable innovation ;
c. La création d’une architecture globale de l’observatoire et sa présentation aux sources utilisées pour validation et accord (notamment concernant le secret statistique et le secret des affaires) ;
d. L’intégration d’un système d’information géographique qui permettra entre autres de :
– Visualiser et d’évaluer la couverture des réseaux des opérateurs privés, publics (voix et data), par commune ;
– Visualiser les niveaux de débit Internet des réseaux (fibre optique, ADSL, WIMAX, WLL, LTE, Satellite, 3G, 4G, etc.), les fréquences disponibles dans les 704 communes du Mali ;
– Suivre progressivement les déploiements des opérateurs privés, et publics ;
– Pouvoir assurer une transparence pour l’évaluation du respect de la couverture du territoire en haut et très haut débit ;
– Dresser la liste des opérateurs présents par commune ;
– Permettre aux opérateurs à travers un code d’accéder à leurs données dans la base de l’observatoire pour les actualiser ou et remplir la base ;
– Permettre de calculer l’indice du développement des TIC (IDI) et tant d’autres qui permettront à l’AMRTP d’apprécier de manière qualitative le niveau de développement réel et les difficultés d’accès aux services TIC au Mali, et aussi d’établir une comparaison par rapport aux autres pays ;
– Permettre la digitalisation de la procédure de collecte.

L’analyse sera conduite sur la période 2015 – 2024. Néanmoins, pour avoir une vision dynamique du marché, il sera intéressant d’avoir une vision historique pour de nombreuses séries si cela s’avère possible.

Les cabinets de consultants intéressés par le présent appel sont invités à se faire connaître auprès de l’AMRTP en adressant sous pli fermé ou par e-mail un dossier comprenant les informations suivantes :
– Présentation du cabinet ;
– Informations administratives (registre de commerce, quitus fiscal, certificat de non faillite etc..) ;
– Présentation des références des missions d’études similaires ou de même complexité technique au cours des cinq dernières années, attestées par des attestations des services faits ou des copies des pages de gardes de signature des marchés similaires.

Les manifestations d’intérêt doivent être envoyées avec la mention «Recrutement d’un consultant pour la modernisation de l’observatoire des marches des Télécommunications/TIC et Poste, pour le compte de l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/ TIC et Postes (AMRTP)» au plus tard le 07/06/2024 à 16 heures (TU) à l’adresse ci-après : Adresse : Autorité malienne de Régulation des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication et des Postes – Rue 360 Immeuble AMRTP, Hamdallaye – ACI, BP : 2206, Bamako (Mali) – E-mail : amrtp@amrtp.ml – . Tél : (+223) 20 70 57 00 ou (+223) 44 97 65 20).

Partagez : Facebook Twitter Google Plus LinkedIn Email

Autres articles

Réalisation d’audit