Réalisation d’enquête

22/08/2016 ACF – ACTION CONTRE LA FAIM
Print Friendly, PDF & Email

Réalisation d’enquête

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION :
Au Mali, Action Contre la Faim – Espagne (ACF-E) intervient depuis 1996 principalement dans les régions du Nord du pays (régions de Gao et Kidal) et, plus récemment, depuis 2007 dans la région de Kayes et depuis 2011 dans les communes VI et IV du District de Bamako et dans la Région de Koulikoro.
Cette intervention d’ACF-E se situe dans une double optique de réponse aux besoins immédiats des populations et de renforcement des capacités locales des communautés, ainsi que des services de base pour prévenir la malnutrition tout en renforçant les capacités de résilience à travers une approche multisectorielle, comprenant des actions en sécurité alimentaire et moyens d’existence, en eau, hygiène et assainissement et en nutrition.
En 2015, ACF-E élargit sa zone d’intervention dans le nord du pays, avec la mise en œuvre du programme de réduction et prévention de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle auprès des populations les plus affectées par la crise dans la région de Tombouctou, financé par l’Agence Suédoise de développement International (ASDI).
Au niveau des zones d’intervention et en particulier du cercle de Tombouctou, ACF-E réponds principalement aux besoins humanitaires avec un focus ‘Sauver des vies’. En même temps, dans le but d’assurer un impact durable et de permettre aux communautés de sortir de leur vulnérabilité et de faire face aux challenges récurrents et continues, tels les éléments climatiques, économiques et sécuritaires, ACF-E estime nécessaire de mettre l’accent sur des actions d’approches communautaires. Cet ancrage communautaire permettra de garantir la pertinence des actions proposées et donc leur réussite, mais aussi la pérennité des dynamiques installées. A cet effet, ACF-E a initié un nouveau projet intitulé  » Projet intégré de renforcement de la résilience des communautés rurales dans les cercles de Kita et Tombouctou au Mali « , financé encore par l’Agence Suédoise de développement International (ASDI) pour une durée totale de trois ans.
Par ailleurs, le choix des zones pour ce projet, permet d’intervenir dans deux zones au contexte différents mais faisant face à des problématiques similaires. Ceci permettra de développer une dynamique d’échanges et d’apprentissage mutuel entre ces deux zones. En rapprochant ces deux communautés, le projet vise aussi à contribuer à la dynamique de cohésion sociale, affaiblie ces trois dernières années en raison du conflit au Nord du Pays, en permettant à ces communautés du Sud et du Nord de mieux se comprendre.
L’objectif de ce projet est de renforcer la résilience et sécuriser les moyens d’existence des populations vulnérables des cercles de Tombouctou et de Kita. Il sera atteint à travers une approche intégrée (Sécurité alimentaire et moyens d’existence, Nutrition/Santé, EHA) qui vise à favoriser le relèvement des populations suite aux différentes crises successives et consolider leurs capacités de résilience pour faire face aux chocs sur le long-terme, en ciblant en particulier les personnes les plus démunies.
Pour cela il est donc nécessaire de s’attaquer aux causes profondes des crises auxquelles font face les populations du Mali tout en impulsant des améliorations durables ciblant spécifiquement les personnes les plus vulnérables en :
– améliorant leurs moyens d’existence à travers des actions de restauration et gestion des ressources naturelles, la mise en place d’activités génératrice de revenus et un renforcement de l’accès à l’eau pour l’agriculture et l’élevage. Ceci permettra de diversifier les sources de revenus et d’améliorer l’accès à la nourriture.
– Permettant aux populations ciblées de vivre dans un environnement sain et d’avoir accès aux services de base, et pour cela améliorer leur accès à l’eau, l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) en appuyant la planification familiale. Ces éléments étant un prérequis pour améliorer les capacités de résistance aux chocs des populations les plus vulnérables.
– Améliorant la prise en compte des risques au niveau communautaires, institutionnels et des ménages à travers le renforcement des systèmes de surveillance, qui permettra de mieux évaluer la situation et d’anticiper les risques, des actions pour préparer les communautés et identifier des leviers pour la résilience, c’est-à-dire identifier des bonnes pratiques locales qui pourraient être dupliquées, et renforcées.
Afin d’évaluer l’impact du projet sur la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelles, les connaissances, attitudes et pratiques des bénéficiaires ciblés en matière d’approvisionnement en eau, hygiène et assainissement, il sera procédé à une enquête de Base dès le démarrage dudit Projet en vue d’établir la situation de référence des indicateurs. D’où l’objet des présents termes de référence.
II. OBJECTIFS DE L’ETUDE
2.1 Objectif général
L’objectif général de cette enquête est d’évaluer la situation de sécurité alimentaire, le niveau des connaissances, attitudes et pratiques de la population cible pour la prévention de la malnutrition à travers l’étude de ses habitudes alimentaires ainsi que son accès à l’eau et ses comportements en matière d’Hygiène/ Assainissement, dans les huit (08) communes des cercles de Kita et de Tombouctou.
2.2 Objectifs spécifiques
Les objectifs spécifiques de l’enquête sont:
Nutrition
• Déterminer le taux de malnutrition aiguë globale infantile dans les zones d’intervention du projet ;
• Déterminer le taux d’initiation précoce à l’allaitement ;
• Déterminer le taux d’allaitement exclusif ;
• Déterminer le taux d’alimentation de complément ;
• Le taux de poursuite de l’allaitement au sein jusqu’à 2 ans ;
• Déterminer le pourcentage de femmes admises en CPN3 ;
• Déterminer le taux de vaccination rougeole
SAME
• Déterminer le revenu moyen (pour le dernier mois) des ménages dans la zone cible du projet ;
• Evaluer la Diversité Alimentaire des enfants entre 6 et 23 mois ;
• Evaluer la Diversité Alimentaire des ménages à travers le SDAM ;
• Identifier les stratégies utilisés par les ménages pour faire face aux chocs ;
• Evaluer l’accès des ménages à la nourriture;
• Evaluer la disponibilité alimentaire pour les ménages au cours des différents mois de l’année ;
WASH
• Déterminer la prévalence de la diarrhée ;
• Déterminer le % des ménages s’approvisionnant à un point d’eau réhabilité/construit et ayant un accès à l’’eau en quantité suffisante et en qualité adéquate (respectant les normes nationales) ;
• Déterminer le % de ménages disposant d’une latrine fonctionnelle ;
• Evaluer la proportion de ménage qui pratiquent la DAL ;
• Evaluer le % des ménages ciblés pratiquant un transport et une conservation de l’eau adéquat ;
• Evaluer le % de personnes connaissant et pratiquant le lavage de mains avec savon à au moins trois moments clés ;
Pour les trois domaines :
• Formuler des recommandations et orientations pratiques visant à renforcer les activités du projet et à améliorer les connaissances, attitudes et pratiques liées à la santé/nutrition/l’hygiène et l’assainissement ;
• Etablir une base de données de référence afin de mesurer l’impact des projets. Cette étude permettra de constituer une base de données qui servira de comparatif avant/après projet afin de déterminer l’impact des interventions ;
III. RESULTATS ATTENDUS
Les résultats attendus de la présente enquête sont ci-après :
Nutrition
• le taux de malnutrition aiguë globale infantile dans les zones d’intervention du projet sont déterminé ;
• le taux d’initiation précoce à l’allaitement est déterminé;
• le taux d’allaitement exclusif est déterminé ;
• le taux d’alimentation de complément est déterminé ;
• Le taux de poursuite de l’allaitement au sein jusqu’à 2 ans est évalué;
• le pourcentage de femmes admises en CPN3 est connu ;
• le taux de vaccination rougeole est déterminé
SAME
• le revenu moyen (pour le dernier mois) des ménages dans la zone cible du projet est évalué ;
• la Diversité Alimentaire des enfants entre 6 et 23 mois est évaluée;
• la Diversité Alimentaire des ménages à travers le SDAM est évaluée ;
• les stratégies utilisés par les ménages pour faire face aux chocs sont évaluée;
• l’accès des ménages à la nourriture est évalué;
• la disponibilité alimentaire pour les ménages au cours des différents mois de l’année est évaluée ;
WASH
• la prévalence de la diarrhée est connue;
• le % des ménages s’approvisionnant à un point d’eau réhabilité/construit et ayant un accès à l’’eau en quantité suffisante et en qualité adéquate (respectant les normes nationales) est connu;
• le % de ménages disposant d’une latrine fonctionnelle est connue ;
• la proportion de ménage qui pratiquent la DAL est determinée ;
• le % des ménages ciblés pratiquant un transport et une conservation de l’eau adéquat est connu;
• le % de personnes connaissant et pratiquant le lavage de mains avec savon à au moins trois moments clés est determiné;
Pour les trois domaines :
• Des recommandations et orientations pratiques visant à renforcer les activités du projet et à améliorer les connaissances, attitudes et pratiques liées à la santé/nutrition/l’hygiène et l’assainissement sont faites ;
• Une base de données de référence qui servira de comparatif avant/après projet afin de déterminer l’impact des interventions est disponible
Indicateurs à renseigner et par conséquent données à collecter dans le cadre du projet :
Conformément au cadre logique présenté et approuvé par le bailleur les indicateurs devront être renseignés par l’enquête CAP baseline et Endline. La baseline de ces indicateurs devra clairement apparaitre dans le rapport de la présente enquête CAP. Par baseline des indicateurs il faudra comprendre les informations de base au démarrage du projet qui permettront de renseigner correctement les indicateurs à la fin du projet.
• Le taux de malnutrition aiguë globale infantile est réduit à la fin du projet
• Le revenu moyen des ménages a augmenté à la fin du projet
• Diminution de la Prévalence de la diarrhée
• % des ménages s’approvisionnant à un point d’eau réhabilité/construit ont un accès à l’’eau en quantité suffisante et en qualité adéquate (respectant les normes nationales)
• % de ménages disposant d’une latrine fonctionnelle à la fin du projet
• % d’augmentation du SDAI moyen des enfants -6 mois-24 mois
• % des revenus générés par les AGR dans le revenu général des ménages
• % d’augmentation du SDAM moyen des ménages
• Initiation précoce à l’allaitement, allaitement exclusif, alimentation de complément et prolongation de l’allaitement jusqu’à 2 ans+ CPN et vaccination rougeole
• Reduction de 10% des ménages qui pratiquent la DAL
• % points d’eau ciblés disposant d’une structure de gestion permettant d’assurer un accès pérenne à l’eau et dans des conditions d’hygiène adéquates
• % des ménages ciblés pratiquant un transport et une conservation de l’eau adéquat
• % personnes connaissant et pratiquant le lavage de mains avec savon à au moins trois moments clés
IV. METHODOLOGIE DE L’ENQUETE
4.1 ECHANTILLONNAGE
4.1.1 Zone de couverture de l’enquête :
Les cercles de Kita et de Tombouctou seront couverts par l’étude. Les communes concernées sont:
• cercle de Kita : Sefeto Ouest, Sefeto Nord, Djougoun et Guemoukouraba;
• cercle de Tombouctou : Tombouctou, Bourem Inaly, Alafia, et Ber ;
L’enquête couvrira les villages ou sites/fractions des communes ci-dessus citées des deux cercles.
4.1.2 Population de l’enquête :
Pour le volet nutrition :
• Les mères des enfants de 0 à 23 mois ;
• Les mères des enfants de 6 à 59 mois ;
• Les Femmes enceintes et allaitante.
Pour le volet WASH :
• Les mères et accompagnant des enfants de 0 à 23 mois ;
• Les ménages des villages considérés (réalisés avec la méthode d’échantillonnage).
Pour le volet SAME :
• Les ménages des villages considérés
4.1.3 Procédure d’échantillonnage
Les zones couvertes par cette enquête Baseline sont les mêmes que celles des enquêtes SMART à savoir les cercles de Tombouctou et Kita. L’échantillonnage sera en grappe et sera celle défini par la méthodologie SMART. Toute fois sa définition devra prendre en compte tous les enfants de 0-59 mois et non pas seulement ceux de 6-59 mois (cibles des SMART). Un point important à considérer : si avec des tdr pour chaque cercle pour la SMART, la population de chaque cercle est considérée à part comme population de la SMART de ce cercle, nous aurons deux échantillons. Or pour la présente Baseline, la population de l’enquête est celle de l’ensemble des ménages des 8 communes des cercles de Kita et Tombouctou, donc un échantillon.
4.1.4 Taille de l’échantillon : à fixer par les SMART
4.2 OUTILS DE COLLECTE DE DONNES :
L’outil de collecte de données qui sera utilisé est le questionnaire ménage. Il comprendra trois grandes parties qui couvriront les trois volets couverts par l’enquête à savoir la Nutrition, la WASH et la Sécurité alimentaire. Ces parties seront subdivisées en différentes sections.
Le questionnaire sera suivi d’un guide méthodologique pour son remplissage par les enquêteurs et la supervision des chefs d’équipe.
Matériels de collecte de données :
L’application Open Data Kit et des tablettes seront utilisées pour la collecte des données sur le terrain.
Les données ainsi collectées seront ensuite exporter pour être exploité sous un logiciel de traitement de données (Excel, Sphinx, SPSS…etc).
4.5 COLLECTE DE DONNEES :
4.5.1 La formation :
Une formation de 3 (trois) jours sur le questionnaire, les procédures d’administration du questionnaire, les techniques de contrôle de la qualité des données d’un questionnaire sera organisée à l’intention des agents de collecte de données et des superviseurs. Cette formation sera assurée par le Consultant et le Responsable Suivi et évaluation appuyé par les départements Nutrition, SAME et WASH.
La formation sera clôturée par le test du questionnaire sur le terrain par les enquêteurs. L’objectif de ce test est de s’assurer de l’appropriation du questionnaire par les enquêteurs mais aussi d’apporter des corrections à d’éventuelles erreurs constatées sur le questionnaire lui-même.
Au cours de la formation le questionnaire sera traduit en langue localement plus parlée dans les deux localités (bambara pour Kita et Sonrhaï pour Tombouctou) afin de faciliter son administration par les enquêteurs.
4.5.2 Collecte des données sur le terrain :
Les données seront collectées sous la responsabilité du consultant qui doit mener les réaliser les deux SMART de Tombouctou et Kita. Il sera appuyé par l’équipe de Suivi et évaluation d’ACF pendant la formation.
Les données seront collectées par une équipe composée d’enquêteurs et de superviseurs.
Il sera procédé à la mise en place d’une équipe par localité comme suit :
Kita :
– 4 (quatre) superviseurs d’enquête
– 12 (douze) enquêteurs
– 4 (quatre) chauffeurs
Tombouctou :
– 4 (quatre) superviseurs d’enquête
– 12 (douze) enquêteurs
– 4 (quatre) chauffeurs
Les enquêteurs auront pour tâches d’ :
– obtenir le consentement des répondants pour être interviewés ;
– effectuer les interviews en utilisant le questionnaire sur support papier et en observant les procédures de l’enquête.
Les superviseurs auront pour taches de:
– repartir les ménages à enquêter entre les enquêteurs ;
– observer quotidiennement plusieurs interviews, en particulier lors des premières phases du travail de terrain pour s’assurer que les enquêteurs suivent les instructions ;
– contrôler la qualité des données en repérant les erreurs durant les interviews, en vérifiant que les questionnaires sont entièrement et correctement remplis et en vérifiant également que tous les enquêtés ont répondu aux questions ;
– identifier les problèmes et compléter la formation des agents en effectuant des sessions régulières de révision avec tous les enquêteurs ;
– vérifier, corriger, compléter tous les questionnaires remplis sur le terrain avant de quitter le village.
Le Responsable Suivi et évaluation assurera la supervision générale de la collecte des données sur le terrain.
4.6 TRAITEMENT ET ANALYSE DES DONNEES :
4.6.1 Traitement des données :
Toutes les données collectées seront envoyées au serveur à partir des bases de Tombouctou et Kita. Toutes les données collectées le premier jour de l’enquête seront envoyées au serveur pour vérification par le Responsable Suivi et évaluation. Par la suite les données continueront à être envoyées et vérifiées quotidiennement si la connexion internet sur le terrain le permettait.
A la fin de la collecte, les données seront exportées du serveur et feront l’objet d’une vérification et correction des éventuelles erreurs ou incohérences.
4.6.2 Analyse des données :
Les données seront analysées suivant un plan d’analyse et conformément aux indicateurs à renseigner par l’enquête. Ce plan d’analyse sera élaboré par le Responsable Suivi et évaluation.
V. CALENDRIER D’EXECUTION:
La mission est prévue pour la période allant du 01 Septembre 2016. Le planning des activités sera élaboré de concert avec le consultant.
Les dossiers sont à adresser/déposer :
– sous pli fermé avec la mention « ENQUETE BASELINE INITIALE » directement dans les bureaux ACF-E : Bamako
– par internet, à l’adresse e-mail : coordinationlogistique@ml.acfspain.org avec la mention « ENQUETE BASELINE INITIALE ».
Les dossiers doivent comporter :
• Copie du CV à jour (2 pages maximum)
• Les contacts (email & tel) des RH des 3 anciens employeurs
• les Propositions Financières et Techniques Les dossiers doivent impérativement nous parvenir AVANT 22 Aout 2016 à 12H, date de clôture du dépôt des candidatures.
En raison du grand nombre de candidatures que nous recevons, nous ne serons en mesure d’entrer en contact qu’avec les candidats présélectionnés.

Partagez : Facebook Twitter Google Plus LinkedIn Email

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *