IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

MALIPAGES.COM

La zone franc: En sortir ou y rester
(L'Inter de Bamako 06/10/2008)

La garantie monétaire de la France, bien que théorique, s’est payée de règles très restrictives en matière d’émission de monnaie. Soyons nets: les restrictions imposées par l’ancienne métropole ont contraint les banques centrales à pratiquer une politique monétaire conservatrice fort peu adaptée aux nécessités du développement. (A mettre tout de même au crédit de cette politique, des taux d’inflation modérés, et, à une certaine époque un coût de l’argent extrêmement bas).

Pourtant en juin 1973, la zone franc a connu une révolution qui est loin d’être négligeable. La place de la France dans les Conseils d’administration de la BC EAO et de la BEAC actuelle CEMAC a été réduite. (La France par exemple, n’a qu’un représentant minoritaire au sein de BCEAO.)

Le traité constituant l’U.M.O.A ne fait même plus référence à la France. La règle de centralisation des devises a été modifiée. Aujourd’hui, la BCEAO, peut disposer librement de 35% de ces avoirs ou devises (20% pour la BEAC) pour les 65% qui restent le Trésor français verse un intérêt qui est de l’ordre du taux de réescompte français pour l’hypothèse ou le franc français se déprécierait, la France s’engage à réévaluer les réserves en devise dont elle a la charge, dans les mêmes proportions (même si tous les problèmes techniques ce sont pas définitivement réglés sur ce point....)

Conclusion

Les règles du jeu sont donc plus équitables pour les partenaires africains de la zone franc.

A telle enseigne que certains pays, qui n’en font pas partie, désirent aujourd’hui y entrer. Il bien vrai aussi que la garantie monétaire de la France (même si elle n’a pas l’occasion concrète de s’exercer) représente une sécurité vis-à-vis des prêteurs de fonds et des investissements extérieurs et pourtant?

L’appartenance à la zone tend à privilégier des liens avec l’ancienne Métropole et par là même à "reproduire" un mode de développement artificiel qui n’est pas de nature à mobiliser toutes les énergies et toutes les volontés...

Alors une union monétaire indépendante? A quel prix? Et selon quels moyens?

Apprendre à gérer en commun et de façon souveraine les devises, susciter des activités économiques communes (infrastructures industrielles et énergétiques) ou complémentaires : (production agricole...) serait sans doute un premier pas.

Pourtant, des intérêts contradictoires et des conditions locales spécifiques peuvent constituer un obstacle non négligeable. Si l’intégration ne ménage pas le droit à la différence... Ce sera l’échec! Plus profondément l’indépendance monétaire ce serait pour certain la nécessité de choisir un mode de développement différent... ou du moins plus austère. Il est en effet peu probable que les pays les favorables tolèrent très longtemps le déficit chronique de certains de leurs partenaires.

Pour les bourgeoisies locales, ce serait alors renoncer à un certain nombre d’avantages, le rétablissement de l’équilibre des comptes extérieurs exigeant une réduction de l’importation de certains produits... et plus fondamentalement une promotion du niveau de vie des paysans, seuls capables de stimuler la production agricole... L’indépendance monétaire, même dans le cadre de l’intégration, à un prix. La question est de savoir, quels sont les pays, qui, compte tenu des conditions politiques et sociales qui prévalent aujourd’hui aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, sont prêts à en supporter les conséquences. (Suite et fin)

Philippe Engelhard

© Copyright L’Inter de Bamako

Archives

Nouvelles économiques du mois de septembreNouvelles économiques du mois d'aoûtNouvelles économiques du mois de juillet
Nouvelles économiques du mois de juinNouvelles économiques du mois de maiNouvelles économiques du mois d'avril
Nouvelles économiques du mois de mars Nouvelles économiques du mois de février Nouvelles économiques du mois de janvier
Nouvelles économiques du mois de décembreNouvelles économiques du mois de novembre Nouvelles économiques du mois d'octobre