IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

BON  RAMADAN!
MALIPAGES.COM

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Kelformation



Coton: l'égrenage, un maillon important dans le processus de valorisation de la fibre
(L'Essor 17/10/2008)

Ségou abrite depuis lundi un atelier régional sur l'égrenage du coton. Cette formation organisée par la CMDT grâce à l'appui financier du WACIP, le projet de renforcement du secteur coton en Afrique de l’Ouest et du centre, regroupe dans la cité des Balanzans, plus d'une cinquantaine de cotonculteurs maliens, béninois, burkinabè, tchadiens et sénégalais.

Ces égreneurs des pays du C4 et du Sénégal ont besoin de parfaire et moderniser leur bagage afin d’améliorer les revenus tirés du coton.

Ils vont ainsi mesurer l’efficacité du processus d’égrenage pour améliorer la production de la fibre, veiller à la qualité qui fait la valeur marchande de la fibre et accroit les revenus des producteurs et des égreneurs, chercher l’efficacité dans le traitement et la transformation du coton et nouer des liens avec les marchés régionaux et internationaux du coton.
Chercheurs, producteurs, égreneurs, bref tous les acteurs concernés par la qualité, doivent bénéficier d'appuis afin de définir la nature, les causes et les implications économiques des problèmes de qualité du coton dans les pays du C4 (Mali, Bénin Burkina et Tchad).
A l'ouverture des travaux, David Benafel, responsable du WACIP, a salué les efforts des experts (Université du Auburon, Samuel Jackson, Lamas, Continental, COTLMES, CMDT) pour la réussite de cette formation. L’administrateur du projet a rappelé les objectifs de la formation et son importance pour le WACIP.
Bernard Jacquin, le directeur général adjoint de la Compagnie malienne de développement textile a évoqué la crise mondiale qui affecte le cours du coton. Le coton, relève-t-il joue un rôle capital dans de nombreux pays du continent et constitue une source particulièrement importante de revenus, d’emplois et de devises. Il est par conséquent un moyen efficace de lutte pour la réduction de la pauvreté. Au Mali, constate Bernard Jacquin, le coton joue un rôle de locomotive dans l’économie nationale et fait vivre directement ou indirectement plus de trois millions de personnes. En dépit des nombreux aspects positifs que présente l’égrenage, souligne-t-il, des problèmes persistent : faible productivité, insuffisance des systèmes de stockage des balles et des graines de coton, temps d’arrêt fréquents, mauvais état de certaines installations, non adoption des chaînes de mesure intégrées pour le classement de la fibre.
Le gouverneur de la Région, Abou Sow, a remercié les organisateurs d'avoir convoqué la session à Ségou et demandé aux participants, de réfléchir à la possibilité pour la graine de coton de supplanter la fibre en termes économiques.
Plusieurs thèmes d'importances figurent à l'ordre du jour de la rencontre de Ségou : les marchés de la fibre africaine, la situation actuelle et des tendances futures, le processus d’égrenage, l’effet de l’égrenage sur la qualité, la maîtrise des coûts dans une société d’égrenage et l'évolution dynamique des différentes charges d’exploitation dans une usine d’égrenage.

Dougoufana TRAORÉ
ORTM- Ségou

© Copyright L'Essor

Archives

Nouvelles économiques du mois de septembreNouvelles économiques du mois d'aoûtNouvelles économiques du mois de juillet
Nouvelles économiques du mois de juinNouvelles économiques du mois de maiNouvelles économiques du mois d'avril
Nouvelles économiques du mois de mars Nouvelles économiques du mois de février Nouvelles économiques du mois de janvier
Nouvelles économiques du mois de décembreNouvelles économiques du mois de novembre Nouvelles économiques du mois d'octobre