IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

MALIPAGES.COM

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Kelformation



Trafic maritime, fluvial et routier de conteneurs : Le Port autonome du Havre offre ses services aux chargeurs maliens
(L'Indépendant 15/10/2007)

Premier port français pour le commerce extérieur avec 2,13 millions d'équivalents vingt pieds (EVP), soit 60% des conteneurs manutentionnés dans en France, le Port autonome du Havre, dont le trafic est en constante progression, lorgne vers les pays africains pour asseoir son expansion. A cet effet, une délégation havraise a récemment séjourné à Bamako afin de faire connaître les infrastructures portuaires de cette ville et de proposer aux chargeurs maliens de recourir à ses installations.

Dirigée par Christian Leroux, Vice-Président du Port autonome du Havre, la délégation a organisé à l'hôtel Sofitel de l'Amitié une réunion d'information sur le thème "Le Havre, votre partenaire en Europe". Objectifs : présenter les atouts de la place portuaire havraise et ses projets de développement et inciter les chargeurs maliens à se servir du Havre pour leurs échanges.

C'est Pierre-Yves Collardey, Directeur commercial du Port autonome du Havre qui, en tant que conférencier principal, a brossé le tableau de ce port maritime en eau profonde, bien situé en Europe et dont les terminaux sont proches de réseaux de dessertes maritimes, autoroutières, ferroviaires et fluviales. Il ressort de son exposé que le Havre est le premier grand port de l'ouest du continent nord européen, sur l'axe de navigation Manche / Mer du Nord. Par lui transitent le quart des échanges maritimes de la planète et il s'inscrit dans les rotations des grands navires des lignes régulières comme premier port européen à l'import et dernier port à l'export.

Le Port autonome du Havre dispose de capacités nautiques qui lui permettent d'accueillir les plus grands navires "24 heures sur 24 et 365 jours par an". Récemment, des évolutions marquantes y ont eu lieu, comme la mise en place d'un système de relations par convention d'exploitation et de terminal (CET) entre l'autorité portuaire et les opérateurs de manutention, l'ouverture à la concurrence dans le remorquage, l'arrivée de nouveaux tractionnaires et opérateurs ferroviaires, qui a entraîné le lancement de nouveaux services de transport combiné et la finalisation du plan général de sûreté portuaire. S'y ajoutent la modernisation des services de l'Etat, comme les douanes et les contrôles sanitaires divers et le développement de facilités logistiques. Le port bénéficie ainsi, dans son environnement immédiat, de 1 million de mètres carrés d'entrepôts existants et de 600 000 mètres carrés en projet ou en construction et propose des parcs frigorifiques et d'entreposage de produits chimiques ou de matières dangereuses.

Pour ce qui concerne les marchandises d'origine animale ou végétale, des postes d'inspection frontaliers et des points d'entrée communautaire offrent sur le même site tous les services indispensables aux contrôles vétérinaires et phytosanitaires en même temps que des procédures destinées à faciliter et à organiser le passage portuaire : anticipation des procédures douanières et portuaires, mise en ligne de l'offre de transport, anticipation de l'offre logistique, tracking-tracing de la marchandise, etc.

Selon M. Collardey, l'intérêt de choisir le port du Havre pour les chargeurs maliens est évident. "C'est un port fluide et dégagé bien situé en Europe. Il est à deux heures de Paris, quatre heures de Bruxelles, six heures de Londres, dix-huit heures de l'Allemagne et vingt-quatre heures de l'Italie et de la péninsule ibérique". L'orateur rappellera que le Havre dispose de la seconde capacité de stockage d'Europe et que l'accès à Bamako, ou au départ de Bamako, est possible par les ports de Nouakchott, Dakar, Conakry, Abidjan, Tema, Cotonou et Lomé, le trajet par le port ghanéen étant actuellement le plus rapide (onze jours). C'est pourquoi, conclura-t-il, il importe dorénavant que les chargeurs maliens inscrivent en bonne place sur leurs tablettes le Port autonome du Havre, que leurs produits aient besoin de rallier ou proviennent d'Asie, d'Amérique du Nord, des Emirats du Golfe Persique ou bien sûr d'Europe. La rencontre a pris fin par un cocktail dînatoire qui a permis aux invités de poursuivre leur collecte de renseignements, de recueillir de la documentation et de nouer des contacts pour d'éventuels partenariats d'affaires futurs

Ramata DIAOURE

© Copyright L'Indépendant

Archives

Nouvelles économiques du mois de septembre Nouvelles économiques du mois d'août Nouvelles économiques du mois de juillet
Nouvelles économiques du mois de juin Nouvelles économiques du mois de mai Nouvelles économiques du mois d'avril
Nouvelles économiques du mois de mars Nouvelles économiques du mois de février Nouvelles économiques du mois de janvier