IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

MALIPAGES.COM

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Kelformation



Blé : une manne à exploiter
(L’Essor 03/10/2007)

La CMDB envisage d'aménager les zones de production du blé en régie pour couvrir les besoins de la sous région

La flambée du cours du blé sur le marché mondial a eu pour avantage de relancer le débat sur la production du blé dans notre pays. La culture du blé est une tradition séculaire dans le nord de notre pays, notamment dans la région de Tombouctou. Durant l'époque précoloniale, il a joué un grand rôle dans les d'échanges commerciaux et culturels entre l'Afrique noire et l'Afrique blanche. Nonobstant quelques efforts d'organisation de la production de la culture, d'abord par l'administration coloniale, ensuite par les gouvernements successifs du Mali et les partenaires au développement, la culture du blé reste encore à la traîne. Cependant, malgré un potentiel dépassant 40 000 ha de culture, la production de blé jusque-là stagne dans une fourchette de 5000 et 7000 tonnes par an.
Mais selon une étude réalisée par la Compagnie malienne pour le développement de la culture du blé (CMDB), cette année, il est attendu une production estimée à environ 10 000 tonnes dans la zone de Diré, sur lesquelles 3000 sont destinées à l'autoconsommation et les 7000 restant à la vente, dont 2000 tonnes sur le marché intérieur. Les 5000 tonnes restantes seront exportées sur la Mauritanie et l'Algérie pour être transformées en farine panifiable.

100 000 tonnes par an. Les ventes apporterons aux producteurs de la zone environ un milliard de Fcfa. Si la pluviométrie, qui est déjà bonne, se maintenait jusqu'à la fin de l'hivernage, la production en 2008 passera à 13 tonnes grâce à l'introduction de nouvelles variétés de semences, explique le directeur général de la CMDB, Sidi Danioko. Malgré cette évolution positive de la production, elle reste en dessous du besoin de consommation de notre pays, estimé à 100 000 tonnes par an et de la sous-région qui oscille autour d'un million de tonnes par an, a-t-il ajouté.
C'est dans ce cadre que la CMDB a entrepris d'investir dans la production du blé dans notre pays. Selon son directeur général Sidi Danioko, le volume d'investissement prévu s'élève à plus de 13 milliards de Fcfa. Il concernera toutes les branches d'activité de la filière. L'organisation des producteurs, la commercialisation et la production semencière. Le premier essai cultural, en 2005, s'est réalisé sous le contrôle exclusif de l'Institut d'économie rurale (IER) sur cinq sites dans la zone de l'Office du Niger (Kogoni, Kouroumari, N'Débougou, Molodo et Kolongo). Au total 72 hectares ont été ensemencés et enrichis avec une quantité importante d'engrais. Mais la récolte en 2006 n'a pas été à la hauteur de l'espoir, seulement 81 tonnes ont été récoltées, soit une moyenne de 2 tonnes à l'hectare.
Selon Sidi Danioko, son entreprise doit cet échec à une pénurie de semence. La variété disponible à l'époque n'avait pas été sélectionnée, faute de graines disponibles sur le marché. Le deuxième essai a eu lieu lors de la campagne passée (2006/07). Cette fois-ci, c'est la seule zone de Kolongo qui été retenue et la semence a été importée de France. C'était une variété de semences sélectionnées avec un rendement moyen de 8 tonnes à l'hectare. Mais cette deuxième expérience également s'est soldée par un échec. Et pour cause, les semences commandées ont accusé un sérieux retard avant d'arriver aux producteurs à Kolongo. Un retard imputable au fournisseur français. Les semences qui devaient arrivées à Bamako à la mi-novembre, ne sont finalement arrivées que le 14 décembre. Au retard de livraison de semence s'ajoute la coupure d'eau par l'ON dans cette zone durant 15 jours. A cause des contraintes cités ci-dessus, la CMDB a dû revoir ses ambitions à la baisse, avec seulement 30 ha de terres sur une prévision de terres emblavées couvrant toute la zone de Kolongo.
Tirant les enseignements des essais précédents, qui se sont soldés par des échecs, la CMDB entend multiplier la zone de production sur le territoire national. A Koulikoro, un premier essai sur cinq hectares a été concluant. Des discussions sont en cours avec les responsables de l'Office du développement rizicole de Sélingué (ODRS) pour y introduire le blé, qui est une culture de contre-saison, qui dure 4 mois de travaux, procurant aux exploitants une autre source de revenus. Il ressort des études de la CMDB qu'avec un rendement ramené à 5 tonnes à l'hectare et avec un prix d'achat de 140 Fcfa le kilogramme, le revenu net d'une exploitation de blé apporterait au producteur un profit de 572 200 Fcfa, soit un revenu mensuel de 143 050 Fcfa.
Dans son business plan, la CMDB envisage d'organiser les producteurs en coopératives de production, les former et les équiper en matériels agricoles, notamment en intrant et aménager des zones de production de blé en régie. Elle dispose, à cet effet, de 500 ha de terre dans la zone de l'ON. Son aménagement devra coûter à la CMDB plus 3,7 milliards de Fcfa. L'ambition de la CMDB est d'arriver à court terme à couvrir les besoins de la sous-région, estimés à plus d'un million de tonnes par an.

A O. Diallo

© Copyright L’Essor

Archives

Nouvelles économiques du mois de septembre Nouvelles économiques du mois d'août Nouvelles économiques du mois de juillet
Nouvelles économiques du mois de juin Nouvelles économiques du mois de mai Nouvelles économiques du mois d'avril
Nouvelles économiques du mois de mars Nouvelles économiques du mois de février Nouvelles économiques du mois de janvier