IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

MALIPAGES.COM

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Kelformation



Situation socio-économique - L’opportunité de la diversification de la production
(Nouvel Horizon 14/02/2008)

Le Mali est un pays où l’agriculture, l’élevage et la pêche sont demeurent les principales activités économiques. Certes, des efforts louables ont été déployés depuis l’indépendance du pays jusqu’à ce jour, mais ils n’ont jamais su être à hauteur de la croissance démographique.

A cela s’ajoute la recherche de plus de gains de la part des producteurs eux mêmes. Conséquences: des pénuries constatées sur les marchés par rapport à certains produits alimentaires.

LA CHERTE DE LA VIE

Si les autorités successives du pays depuis l’ouverture démocratique ont du mal à trouver des solutions idoines et durables à ces problèmes, force est de constater que depuis l’arrivée du président Amadou Toumani Touré, conscient e l’ampleur du problème, les efforts sont encore multipliés afin de permettre aux populations d’avoir accès à des prix abordables aux produits de première nécessité.

Dans le cadre des problèmes actuels de la gouvernance au Mali, cette question préoccupe beaucoup autorités, acteurs politiques, représentants de la société civile. On ne peut affirmer qu’il y a ne indifférence face à ce problème, tant il est au centre des préoccupations de tous depuis un bon moment.

Rappelons que depuis la dévaluation du franc CFA, au Mali, les autorités successives ont exploré et mis en oeuvres plusieurs mécanismes, mais qui ne leur ont malheureusement pas permis d’améliorer de façon significative les conditions de vie des populations. Et aujourd’hui, plus que jamais, le panier de la ménagère est à rude épreuve.

LES RAISONS

Plusieurs facteurs expliquent le coût élevé des produits de première nécessité au Mali comme ailleurs. En effet, en plus de la dévaluation du franc CFA intervenue en 1994, qui a aménuisé de façon considérable le pouvoir d’achat des populations, en particulier le panier de la ménagère en a été beaucoup éprouvé, il y a d’autres facteurs exogènes dont la chute des cours de certaines cultures d’exportation comme le coton.

Production qui était de nature, dans le temps, à renflouer les caisses de l’Etat est devenue la mauvaise affaire pour les pays du sud dont le Mali qui tiraient des devises importantes de cette production.

En plus de ce facteur, l’appât du gain des producteurs: paysans et éleveurs est un facteur ayant beaucoup contribué à l’escalade des prix de certaines denrées de première nécessité dont les céréales, le bétail sur pied entre autres.

LES THERAPIES ENVISAGEES
En vue de trouver des solutions à cette question qui persiste, le pouvoir ATT a engagé des offensives dans le cadre du développement de l’agriculture dans plusieurs localités du pays. C’est ainsi que plusieurs programmes de développement rural ont vu le jour de 2002 à ce jour.

Ces programmes, généralement régionaux ou locaux marquent des avancées significatives, notamment dans le cadre de la recherche de solution à l’insécurité alimentaire qui a beaucoup éprouvé les population en 2003-2004. A tel point que les uns et les autres disaient “plus jamais ça”.

LES AMENAGEMENTS DES PERIMETRES

Aussi, les aménagements des périmètres à coup de milliards et la construction des ouvrages de maîtrise d’eau sont autant d’exemples confirmant la détermination des plus hautes autorités du pays à trouver rapidement et de façon durable des solutions à ce problème.

Malgré ces efforts, force est de constater que les objectifs ne sont pas encore atteints à hauteur de souhait. C’est d’ailleurs ce qui explique le choix du Projet de Développement Economique et Social (PDES) du président Amadou Toumani Touré pour son second mandat.

DES DEBUTS ENCOURAGEANTS

Qu’à cela ne tienne, l’espoir est permis au regard des débuts de résultats encourageants. En témoigne d’ailleurs la mécanisation progressive de l’agriculture au Mali à travers la mise à disposition des tracteurs à certaines catégories de producteurs agricoles. Le tout est soutenu aujourd’hui par la création de deux usines de montage de tracteurs en République du Mali.

Par ailleurs, les opportunités du Millénium Challenge Account (MCC) pour le Mali sont énormes. Elles renforcent les chances de réussite de nos projets et programmes de développement. Ainsi, avec la détermination dont font preuve les autorités actuelles du pays, il y a beaucoup d’espoir que l’on verra bientôt le bout du tunnel.

DE NOUVELLES OPPORTUNITES

Aujourd’hui, le Mali a l’avantage d’être l’un des rares pays d’Afrique à être avancé en matière de production et de transformation du pourghère en biocarburant.

En effet, depuis le jeudi dernier, les informations qui ont filtré de la rencontre entre les promoteurs de la société d’exploitation de ce biocarburant et le Premier ministre, démontrent que nous avons une chance avec cette ancienne culture certes, mais mieux valorisée aujourd’hui dans notre pays.

Selon les promoteurs, ce produit biocarburant se vendra à 460 FCFA le litre, toute chose qui dénote d’une baisse substantielle du coût du carburant pour certains usages. Aussi, il pourra beaucoup aider dans le cadre de l’électrification rurale au Mali, notamment des localités du Mali profond.

En avant donc pour des progrès qui seront ressentis à tous les niveaux dans un proche avenir

Moussa SOW

© Copyright Nouvel Horizon

Archives

Nouvelles économiques du mois de janvier Nouvelles économiques du mois de décembre Nouvelles économiques du mois de novembre
Nouvelles économiques du mois d'octobre Nouvelles économiques du mois de septembre Nouvelles économiques du mois d'août
Nouvelles économiques du mois de juillet Nouvelles économiques du mois de juin Nouvelles économiques du mois de mai
Nouvelles économiques du mois d'avril Nouvelles économiques du mois de mars Nouvelles économiques du mois de février