MALIPAGES.COM
IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:

RECHERCHE PAR RAISON SOCIALE Par raison sociale:

RECHERCHE PAR TELEPHONEPar téléphone:

RECHERCHE PAR PRODUITS Par produits:

RECHERCHE PAR VILLEPar ville:


CVtheque
NOUVELLES ENTREPRISES Nouvelles Entreprises

NOUVELLES ECONOMIQUES Nouvelles Economiques
INSCRIPTION Inscription dans l'Annuaire
CONTACTEZ NOUS Contactez Nous
PARTAGER Partager

  
ACCUEIL
    
OFFRES D'EMPLOI
    
AVIS D'APPEL D'OFFRES
    
OPPORTUNITES D'AFFAIRES
    
PETITES ANNONCES
  

STAFF SERVICES
MALIPAGES.COM

BON RAMADAN!

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Production d'or - Les compagnies aurifères appelées à la transparence
(Les Echos 02/02/2007)

La Fondation pour le développement au Sahel, en collaboration avec Oxfam-América, a lancé, hier au cours d’un atelier au CICB, un rapport sur la transparence des revenus au Mali. Une invitation aux compagnies aurifères à jouer le jeu de la transparence et du partage des revenus.

Comme son titre l’indique, « Trésor caché ? A la recherche des revenus de l’exploitation aurifère au Mali », le rapport d’Oxfam sur la transparence des revenus est un appel au Mali et aux compagnies d’exploitation aurifère à publier leurs comptes et à les rendre accessibles aux citoyens. Selon Mamadou Bittèye, directeur régional d’Oxfam-America, les exportations d’or ont triplé au cours de la dernière décennie. Et pourtant les citoyens n’ont tiré que d’infimes avantages des revenus miniers.

« L’or a-t-il ajouté, est devenu la pierre angulaire de l’économie malienne. Un pays qui fait de l’exploitation aurifère une priorité et les compagnies minières qui y opèrent doivent être transparentes et démontrer aux citoyens du pays comment ils bénéficieront réellement de ce boom. Les populations doivent réclamer leurs droits et les exercer ».

Le secrétaire exécutif de la Fondation pour le développement du Sahel Tiemoko Sangaré a, quant à lui, dénoncé la pauvreté extrême dans laquelle vivent des Maliens malgré le potentiel aurifère énorme. « L’or est passé de 2,9 % du produit intérieur brut du pays en 2002 à 12,7 % en 2004. Et 80 % des Maliens continuent de vivre en dessous du seuil de pauvreté. Où vont les profits ? », s’interroge-t-il.

Le chef de cabinet du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Souleymane Diallo, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier, a salué les initiateurs de ce rapport. Selon lui, le gouvernement malien a levé tous les obstacles d’ordre réglementaire et législatif pour faciliter la diffusion des informations sur l’or. Comme preuve de transparence du gouvernement, il dira que notre pays a adhéré à l’Initiative sur la transparence des industries extractives.

L’atelier de deux jours regroupe des organisations de la société civile nationale et internationale, des compagnies minières, des collectivités territoriales, des institutions internationales, des communautés minières… Ils plancheront sur les recommandations de Oxfam-America pour accroître la transparence dans le secteur de l’exploitation aurifère au Mali.

Sidiki Y. Dembélé

© Copyright Les Echos

Archives

Nouvelles économiques du mois de janvier Nouvelles économiques du mois de décembre Nouvelles économiques du mois de novembre
Nouvelles économiques du mois d'octobre Nouvelles économiques du mois de septembre Nouvelles économiques du mois d'août
Nouvelles économiques du mois de juillet Nouvelles économiques du mois de juin Nouvelles économiques du mois de mai