IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

MALIPAGES.COM

Le président Carter à Koulouba : une vision partagée du développement
(L'Essor 09/02/2004)

Amadou Toumani Touré et Jimmy Carter s'accordent sur les grandes priorités de notre pays et sur le besoin de promouvoir la transformation du coton.
"Inciter les investissements dans tous les secteurs de développement susceptibles d'améliorer les conditions de vie et le pouvoir d'achat de nos populations" : ce souci a prévalu jeudi dans le long entretien entre le chef de l'État Amadou Toumani Touré et l'ancien président des États-Unis, Jimmy Carter, en visite au Mali dans le cadre de l'initiative de développement mondial de son centre.
Le centre Carter désire recenser avec les pouvoirs publics maliens les priorités ou les urgences qui s'imposent à notre pays afin de les plaider auprès des partenaires au développement. A ce propos, Amadou Toumani Touré a exposé une vision globale du développement de notre pays axée en priorité sur l'agriculture, l'économie et la santé.
Le Mali est le premier pays producteur de coton en Afrique, pourtant ce produit ne génère pas d'emplois pour les jeunes, car 99% de notre production cotonnière est exportée vers l'étranger. ATT a donc souhaité le soutien du centre Carter pour consolider nos capacités en matière de transformation de ce produit sur place.
"Nous sommes le premier pays producteur de coton en Afrique (plus 600.000 tonnes). Nous allons dans quelques jours inaugurer une usine de filature mais ce n'est pas suffisant. Nous voulons plus, au moins une cinquantaine d'unités industrielles" a expliqué le chef de l'État.
Sur la question, Jimmy Carter a confirmé sa détermination à accompagner notre pays vers cet objectif de développement. "Chez nous, aux États-Unis, les usines de transformation du coton sont délocalisées et nous n'aurons aucune difficulté à vous appuyer. Nous pouvons vous envoyer des experts qui viendront faire les études de faisabilité" a promis notre hôte
Rappelons que le secteur du coton se ressent gravement dans nombre de pays africains, des subventions qu'accordent des pays riches à leurs cotonculteurs.
Au cours de leurs échanges, les deux personnalités ont également évoqué la lutte contre la dracunculose ou ver de Guinée. Les pouvoirs publics, en collaboration avec le centre Carter, ont accomplis de gros efforts pour éradiquer ce fléau. Le Togo qui était à 57% de taux de réduction de cette maladie en 2003 est cité en modèle de réussite par l'ancien président des États-Unis. Notre pays a initié de nombreuses actions qui ont aussi débouché sur des résultats encourageants même si des insuffisances ont été constatées dans les régions de Gao et Tombouctou.
Le président Touré qui a longtemps dirigé le combat contre le ver de Guinée a donné rendez-vous à son hôte pour l'année prochaine. Le succès sera au rendez-vous.
La promotion des investissements privés étant une priorité de notre politique de développement, les pouvoirs publics ont pris des initiatives pour faciliter les procédures administratives, sécuriser et assainir l'environnement juridique afin d'inciter les partenaires à investir chez nous.
Le cas des sociétés minières illustre parfaitement cette volonté politique d'aller vers le développement et la promotion du secteur privé. Toutes les sociétés produisant de l'or sur notre territoire sont étrangères et possèdent 80% du capital donc des bénéfices contre 20% pour l'État malien, propriétaire des terres.
Nous avons accepté cette répartition qui fait aujourd'hui de nous, le troisième producteur d'or en Afrique derrière l'Afrique du Sud et le Ghana, a relevé le président Touré.
Amadou Toumani et Jimmy Carter projettent d'élaborer un document sur la Mission de développement et de coopération. Cette structure sera un service créé par le gouvernement afin de consolider nos capacités institutionnelles à piloter et à coordonner efficacement notre développement.
Cette ambition impose une réforme de l'administration, la bonne gouvernance et la transparence par le renforcement de l'accès à l'information publique, l'identification et la consolidation des politiques prioritaires de réduction de la pauvreté et la satisfaction des besoins en ressources.
Pour atteindre cet objectif, le Mali déploie divers atouts, notamment la volonté politique et des réformes déjà en cours pour ajuster l'économie et stimuler la croissance. La démocratie apaisée et la reconnaissance de l'urgence d'améliorer l'utilisation de l'aide figurent aussi parmi les atouts.

B. DOUMBIA

© Copyright L'Essor

Nouvelles économiques du mois de janvier

Nouvelles économiques du mois de décembre

Nouvelles économiques du mois de novembre

Nouvelles économiques du mois d'octobre

Nouvelles économiques du mois de septembre

Nouvelles économiques du mois d'août

Nouvelles économiques du mois de juillet

Nouvelles économiques du mois de juin

Nouvelles économiques du mois de mai

Nouvelles économiques du mois d'avril

Nouvelles économiques du mois de mars

Nouvelles économiques du mois de février