IN ENGLISH
EN FRANCAIS
EN ESPANOL

Recherche annuaire:
Par raison sociale:
Par téléphone:
Par produits:
Par ville:
CVthèque
Nouvelles Entreprises
Nouvelles Economiques
Inscription dans l'Annuaire
Contactez Nous
  
    
    
    
    
  

BON  RAMADAN!
MALIPAGES.COM

DIAGO - EAU MINERALE NATURELLE



Kelformation















Mine d'or: le pactole de Morila
(L'Essor 10/02/2003)

La mine a produit 30 tonnes d'or l'année dernière, dépassant toutes les prévisions et se hissant dans le groupe de tête des producteurs aurifères de haut niveau au plan international

A 280 km de Bamako, la mine d'or de Morila se situe dans la région de Sikasso. Le gisement a été découvert par la société BHP laquelle le céda par la suite à Randgold Ressources qui découvrit le "corps minerais" en 1997. La construction de la mine a commencé en 1999 pour s'achever en 2000, quelques mois après la coulée du premier lingot d'or. En juillet de la même année, Randgold vendait la moitié de ses 80 % de participation à Anglogold. Aujourd'hui Morila est cogérée par Randgold (40 %), Anglogold (40 %) et l'État malien (20 %).
Pour se faire connaître, la mine a organisé jeudi à Morila une conférence de presse, animée par Glen Koropchuk (DG d'Anglogold Mali et de la mine de Morila) et David Hobson (PCA des mines d'or de Sadiola, Yatela et Morila).
Depuis sa mise en service, la mine de Morila a produit près de 2 millions d'onces d'or (une once = 131,01 gr et 30 tonnes équivalent à un million d'onces). L'année dernière, Morila a produit 30 tonnes d'or, en dépassement de toutes les prévisions. Il convient de relever que les 3 mines de Sadiola, Yatela et Morila ont produit 63,5 tonnes d'or en 2002. La performance de Morila la hisse aujourd'hui dans le peloton de tête des producteurs aurifères de haut niveau au plan international.
Les recherches géologiques les plus récentes ont montré une minéralisation complémentaire, confirmant du coup que le corps de minerai est extensible. Les ressources totales restantes sont estimées à plus de 5,2 millions d'onces (soit un peu plus de 150 tonnes) avec des réserves totalisant 4,2 millions d'onces (soit environ 120 tonnes d'or). Le développement de la mine jusqu'à nos jours a coûté environ à 102 millions de dollars (plus de 66 milliards de Fcfa) et on s'attend à ce que Morila génère des revenus de près de 1,7 milliard de dollars (plus de 1100 milliards de Fcfa) pendant sa durée de vie estimée à 10 ans, avec un prix moyen de 300 dollars (195 000 Fcfa) par once d'or.
La teneur officielle moyenne en or est de 5 gr par tonnes de minerai exploités. Aujourd'hui, la mine emploie 1170 personnes (y compris les expatriés) parmi lesquelles on compte 675 contractuels.
Glen Koropchuk a indiqué que depuis 1995, Randgold a investi 363 millions de dollars (235 milliards de Fcfa) au Mali, construit des logements pour ses cadres, des écoles, des forages et permis la réhabilitation et l'équipement du centre de santé de la localité. Un bilan sur lequel la presse a rebondi pour évoquer Syama. Après avoir fermé cette mine, Randgold a tout emporté, matériel de maison et câbles électriques compris. Après avoir prospéré pendant des années, la ville est aujourd'hui une zone fantôme où le désarroi, la cherté de la vie et l'insécurité frappent les autochtones. Pour sa défense, le directeur a assuré que Randgold cherchait désespérément, un repreneur. Qu'y a-t-il, en fait, à reprendre dans la mine ?
Au terme de la conférence de presse, les journalistes ont visité le centre de formation, l'usine de traitement, la carrière, le bassin à boue, la mosquée en chantier et la clinique à Sanso.
Un tour de ville a permis de confirmer ce dont on pouvait se douter : un profond contraste entre l'enclave minière et l'état d'un village où le coût des soins au centre de santé reste relativement élevé, où malgré la présence de 15 forages (selon le décompte des conférenciers), l'eau est un problème avec un bidon de 20 litres coûtant de 50 et 75 Fcfa, selon la demande. La proximité de la mine et des mineurs aux revenus réguliers a aussi tiré vers le haut le prix des aliments et les loyers selon un phénomène classique.
Même si les villageois aspirent à plus de retombées, Morila, en l'état, est une bonne affaire pour notre pays. Randgold contribue en effet, sur le long terme, à la mise en place d'une industrie minière aurifère qui permet au Mali de se classer parmi les grands producteurs d'or en Afrique.

S. BADIAGA

© Copyright L'Essor

Nouvelles économiques du mois de janvier

Nouvelles économiques du mois de décembre

Nouvelles économiques du mois de novembre

Nouvelles économiques du mois d'octobre

Nouvelles économiques du mois de septembre

Nouvelles économiques du mois d'août

Nouvelles économiques du mois de juin

Nouvelles économiques du mois de mai

Nouvelles économiques du mois d'avril

Nouvelles économiques du mois de mars